Unsupported Screen Size: The viewport size is too small for the theme to render properly.

Catégorie : Actualité GDSA12

La sécheresse expérimentale à long terme modifie le parfum floral

La sécheresse expérimentale à long terme modifie le parfum floral et les visites de pollinisateurs dans une communauté végétale méditerranéenne malgré des impacts globalement limités sur le phénotype, l’aspect général des plantes et leur reproduction.

 Coline Jaworski, et al https://doi.org/10.1111/1365-2745.13974.

Avec la sécheresse les abeilles font face à une nouvelle odeur de garrigue méditerranéenne et à la diminution du nectar de thym.

Le manque d’eau, modifie l’odeur des fleurs et le comportement des pollinisateurs. Cela perturbe les abeilles notamment la canicule accentue le phénomène. Pour repérer les fleurs, les abeilles utilisent différentes informations, la forme, la grandeur les couleurs, les odeurs. Les fleurs de la garrigue méditerranéenne changent de parfum en fonction de la disponibilité de l’eau selon les chercheurs de l’IMBE d’Aix Marseille Université.

Pour étudier l’impact des changements de précipitation une vingtaine de plateformes munies de gouttières ont été installées dans la garrigue. Sous les dix premières, l’eau tombe au sol normalement. Les autres évacuent environ 12% de l’eau de pluie.

Les scientifiques ont installé des structures dans la garrigue pour mesurer l'impact de la sécheresse sur les écosystèmes.

Les scientifiques ont installé des structures dans la garrigue pour mesurer l’impact de la sécheresse sur les écosystèmes. IMBE 

La sécheresse modifie qualitativement les émissions florales du thym, du Cyste et du romarin. Seul le thym réduit sa production de nectar. L’abeille domestique Apis mellifera et le bourdon commun Bombus terrestris visitent plus de fleurs dans les parcelles témoins de contrôle que dans les parcelles ou la sécheresse est augmentée. A l’inverse les petites abeilles sauvages visaient plus de fleurs dans les parcelles de sécheresse que dans les parcelles de contrôle. La richesse en espèces de pollinisateurs ne change pas entre les traitements. L’aridité accrue due au changement climatique devrait être plus forte que la baisse de 12%  de l’expérimentation. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime que ce sont 20 à 30% de précipitations en moins qui arriveront au sol. La sécheresse perturbe les plantes, quand les précipitations diminuent, le thym produit jusqu’à quatre fois moins de nectar. Le manque d’eau est un des facteurs qui impacte les écosystèmes et les pollinisateurs. 

Observatoire de la production de miel 2022 (données 2021)

Des rendements en baisse en 2021 par rapport à 2020

Entre 2020 et 2021, la production de miel a fortement diminué dans toutes les régions de France sauf en Corse. Les pertes les plus importantes concernent le Nord-Est de la France. La production de la région Bourgogne-Franche-Comté a reculé de 72,2 % (2 747 tonnes en 2020 et 762 tonnes en 2021) et celle du Grand-Est de 67,2 %. (4 201 tonnes en 2020 et 1 378 tonnes en 2021). 

Le rendement de l’année 2021 est estimé à 14 kg/ruche, soit 40 % de moins qu’en 2020. Il s’agit du niveau le plus faible enregistré depuis le début de l’observatoire. Les apiculteurs professionnels obtiennent de meilleurs résultats, notamment les apiculteurs de plus de 400 ruches qui parviennent à un niveau de 19 kg/ruche. À l’inverse, les moins de 50 ruches passent tout juste le seuil des 10 kg/ruche.

Figure de l’Observatoire de la production de miel et gelée royale FranceAgriMer 2022

Formation à la lutte contre le Varroa au Rucher « La Santé de l’Abeille » CDT Lanteri à la 13ème DBLE de La Cavalerie- 23 juillet 2022

Jean BLANCHOT

La Section Apicole de la FRGDS Occitanie et le GDSA12 ont organisé une seconde formation sur la lutte contre le varroa (Varroa destructor) au rucher « La Santé de l’Abeille » Cdt François Lanteri dans l’enceinte de la 13e DBLE.

Le Varrao est l’ennemi N°1 de nos abeilles. Toutes les colonies sont infectées. Il convient de le connaître, de surveiller le degré d’infestation et de réduire le nombre des parasites pour ne pas dépasser le seuil clef, celui à partir duquel la production des produits de la ruche sera impactée et celui à partir duquel la mort des colonies est inéluctable.

Le matin, le Dr. Vet Anne Le Jan spécialisée en pathologie apicole a fait une présentation particulièrement documentée dans l’amphithéâtre Pierre Schoendoerffer. Le Cours a abordé les points essentiels suivants:

  •  Connaissance du varroa, identifier le varroa et connaître son cycle de développement.
  • Les conséquences de la varroose sur la colonie, perte de production et mort.
  • Les maladies liées au parasite, les seuils de tolérance identifiés par des comptages du parasite. Les seuils d’abondance déclenchent le traitement, en suivant la posologie des médicaments AMM. 
  • Les méthodes biotechniques utilisent une absence de couvain pour traiter avec de l’acide oxalique par une action flash.
  •  Comme les varroas déposent préférentiellement leurs œufs dans le couvain mâle. La pose de cadres à mâles et la destruction du couvain mâle avant l’émergence des mâles (21 jours) permet de diminuer la pression sur la colonie. Au printemps la destruction du couvain mâle peut être répéter plusieurs fois.
  • Un plateau grillagé est conseillé car il empêche les acariens qui tombent de revenir dans la ruche.
  • Les souches des abeilles qui réagissent à l’infestation par le parasite. 
    • Les abeilles hygiénistes VSH (Varroa Sensitive Hygienic) qui nettoient bien le couvain malade ou mort. Les colonies d’abeilles résistantes au varroa.
    • Les abeilles SMR (Suppressed Mite Reproduction) capables de détecter des nymphes infestées par des varroas femelles qui pondent des œufs et de les éliminer, alors qu’elles n’éliminent pas les nymphes infestées par des varroas incapables de se reproduire. http://www.abeille-hygienique.magix.net/vsh.htm

A midi un pot d’accueil et le repas ont été pris au mess des Sous-Officiers de la légion. Une fois de plus, le service de restauration de la légion a pris grand soin de ses hôtes.

L’après-midi, la phase pratique s’est déroulée sur le rucher-école Cdt François Lanteri. Des précautions particulières avaient été prises pour éviter que les enfumoirs ne déclenchent un départ de feu.

Le matériel et les fiches préparées par Stéphane Bourdon TSA en charge du Séveragais ont permis de réaliser des démonstrations faites par les acteurs sanitaires du Sud-Aveyron qui encadraient cette activité.

Le parasite a été identifié et observé.

Les auditeurs ont pu procéder à des opérations de comptages sur le rucher par trois méthodes : le comptage sur lange., le comptage du Varroa avec testeur au C0² et avec du sucre-glace.

Bonne nouvelle, les vingt ruches du rucher avaient un taux d’infestation remarquablement bas pour la saison (moins de 3 varroas pour 100 abeilles), preuve que les élèves du rucher et leurs formateurs appliquent à la lettre les consignes sanitaires du GDSA12 et emploient des produits de traitement fiables.

Sur le terrain, les différents produits AMM et leur mode d’utilisation ont été présentés par le Dr V. Anne Le Jan et les Techniciens Sanitaires Apicoles du secteur.

Le guide VARROA et VARROOSE peut être obtenu à la FNOSAD en contactant fnosad.Isa@gmail.com

Visite du GDSA12 au rucher école de Centrès par Michel Rives et Jean Blanchot

Jean Blanchot- Jérôme Dufour  Olivier Guimbert– Michel Rives

Visite de Jean Blanchot et de Michel Rives au rucher école de Centrès le 17 mai 2022.

Centrès est un village situé sur un plateau entouré du Viaur et du Céor. A la sortie ouest du village il y a un ancien verger. C’est l’emplacement du rucher école qui dépend de l’amicale laïque du Naucellois. Le verger aux herbes hautes abrite une jolie maisonnette en pierre où est remisé le matériel apicole. L’accueil est chaleureux et les ruches sont actives et les abeilles douces.

Local technique

La discussion commence sur le côté déroutant des mortalités massives, sans signal d’alarme. Ces disparitions soudaines sont souvent dues à des ruches affaiblies par plusieurs causes. Le plus souvent on retrouve le varroa et les bio-agresseurs. Une variation de température déclenche le phénomène. La population s’écroule. Il y a absence d’abeilles mortes dans la ruche ou à proximité. La chute soudaine de la population provoque l’abandon du couvain. Les réserves restent en place car il y a absence de pillage.

Bornhon

Le rucher a un emplacement idéal. Les ruches vides et le bornhon sont rapidement colonisés par essaimage naturel.

Les moniteurs du rucher de Centrès ont une grande expérience, une grande douceur qui est bien rendue par les vidéos du FB du rucher école. Rien n’est imposée tout est suggéré avec savoir-faire et modestie. On n’impose rien on montre et on incite à faire. Ce qui donne à tous l’envie d’avoir des ruches.

Une ruche

De part et d’autres nous avons été enchanté par notre rencontre.

Le GDSA12 et le rucher école de Centrès ne peuvent que progresser ensemble. 

Le GDSA12 invite Jérôme et Olivier à participer à la prochaine formation anti varroa qui aura lieu à la cavalerie le 23 juillet. Cette formation est organisée par le GDSA12 / la FRGDS Occitanie / le FEADER : Le rucher école et la santé de l’abeille CDT Lanteri.

Savoir évaluer et limiter l’infestation de varroa

J Blanchot, I. Demont, JB Fayel ,JP Mangé

Le 21 mai une journée de formation de lutte contre le varroa a été organisée par le GDSA12, le Rucher-École «La Santé de l’Abeille» de Villefranche de Rouergue en partenariat avec la section apicole de la FRGDS Occitanie. Une trentaine de participants était présents. Un grand nombre venait d’Entraygues car le rucher communal va devenir le troisième rucher la santé de l’abeille du GDSA12 après celui de Villefranche de Rouergue et celui de La Cavalerie. La journée avait été parfaitement organisée par les Villefranchois et M Jean-Marie BUGAREL conseiller municipal délégué à la Condition animale de Villefranche de Rouergue nous a honoré de sa présence et nous a fait part du soutien de la municipalité au rucher « la Santé de l’abeille ». Le GDSA12 remercie tous les participants et les organisateurs pour leur implication. Cette journée a été une réussite du fait de la bonne préparation en amont et du soutien financier du FEADER via la FRGDS Occitanie.

La formation avait pour but :

  • d’identifier le parasite
  • de connaitre  son cycle de développement
  • d’évaluer son nombre dans les colonies,
  • de mettre en œuvre les pratiques de lutte biotechniques et médicamenteuses contre varroa.

La journée s’est déroulée en trois phases.

1 -Le matin un cours a été donné par le Dr Vétérinaire L. Lafon (vétérinaire conseil du programme sanitaire d’élevage apicole du GDSA12) à l’Institut François Marty. Les points suivants ont été traités :

  • l’évolution des populations de varroa dans la ruche
  • les pratiques de surveillance et de lutte contre varroa,
  • les différentes  notions de génétique des abeilles et souches hygiénistes qui luttent contre le parasite 

2 -A midi un pot de l’amitié a été partagé et un repas a été pris au restaurant le Césarée

3 – L’Après-midi il y a eu une démonstrations et mise en pratique au rucher des méthodes de comptage de varroa et des pratiques de lutte biotechniques et médicamenteuses par le Dr Lionel LAFON (vétérinaire conseil du programme sanitaire d’élevage apicole du GDSA), assisté de 4 TSA et de l’animatrice de la FRGDS. 

Les varroas ont été comptés sur lange. Leur tout petit nombre n’a pas rendu la démonstration facile.

Un comptage a été faite par la suite in vivo sur les colonies par les méthodes du sucre glace et du CO

. Les comptages sur lange et in vivo ont montré que les traitements anti varroa du Rucher-École « La Santé de l’Abeille» étaient parfaitement bien menés et que le tout petit nombre des parasites indique la parfaite maitrise de la lutte anti varroa.

En fin de journée, un arbre Mellifère Euodia danielii a été planté au rucher cette arbre marque de manière mémorable la journée de formation et est un lien d’amitié et de passation du savoir-faire du rucher la santé de l’abeille du champ des Chartreux de Villefranche de Rouergue au rucher communale d’Entraygues sur Truyère « Lo Bornhon de la cornehliá ». L’arbre à miel est particulièrement apprécié par les abeilles. Il produit durant tout l’été de nombreuses petites fleurs aromatiques et mellifères de couleur blanche aux anthères jaunes réunies en panicules aplaties de 10 à 15 cm de diamètre.

Au cours de de la journée la participation des 4 nouveaux TSA du GDSA12 (E Carrière, C ; Delmas ; G. Lahontang et G. Onno), a été particulièrement appréciée. Le Pdt du GDSA12 Jean Blanchot a fait leur connaissance et leur a remis plusieurs registres d’élevage qu’ils donneront aux adhérents du GDSA12 au cours de leur visite sanitaire.

La médaille d’argent obtenue pour le miel élaboré par le rucher la santé de l’abeille au concours à Toulouse le 21/11/2021 organisé par le Syndicat d’Apiculture Méridional a été remise en toute fin de journée aux formateurs du RLSA, une petite cérémonie sera faite par la suite.

Formation anti-varroa FRGDS-GDSA 12 VILLEFRANCHE DE ROUERGUE 21 mai 2022

Formation organisée au rucher Champ des Chartreux à VILLEFRANCHE DE ROUERGUE. Le Docteur Lionel LAFONT, vétérinaire fera un cours magistral le matin et un cours pratique l’après-midi.

Pensez vous inscrire en précisant votre choix pour le repas de midi(pique-nique ou restaurant).

Vous pouvez vous inscrire en cliquant sur ce lien ou par l’adresse mail suivante: jean.blanchot.12@orange.fr

Accès au flyer ici

Les RDV du sanitaire apicole en Occitanie

La section apicole de la FRGDS Occitanie et ses 2 partenaires : la section apicole du GTV Occitanie et l’ADA Occitanie, vous proposent 4 rendez-vous sanitaires, d’une heure et demie chacun comprenant 1 heure de présentation suivie de 30 minutes d’échanges et de questions-réponses.

Jeudi 5 mai 2022 – Comptage des varroas : Pour une pratique et une interprétation des résultats fiables. Intervenants: Anthony BOUÉTARD (ADA Occitanie), Dr Karine SAGET (GTV Occitanie-Section apicole)

Vendredi 3 juin 2022 – L’application en ligne VarroaApli pour une meilleure gestion de ses comptages Varroa. Intervenant : Alexandre DANGLÉANT (ITSAP)

Vendredi 9 septembre 2022 – Bien préparer ses colonies à l’hiver. Intervenant : Jean-Luc DELON (formateur en apiculture – Président GDSA 34)

Vendredi 14 octobre 2022 – La maladie noire des abeilles : signes cliniques et prévention. Intervenante: Anne DALMON (chercheuse en pathologie de l’abeille – INRAE, UMT PRADE)

Merci de vous inscrire aux visioconférences en cliquant ici

Un lien de visioconférence vous sera alors transmis dans la semaine qui précède la visioconférence et au plus tard l’avant-veille de la visioconférence.

Pour toutes questions : irene.demont.frgds-oc@reseaugds.com