Unsupported Screen Size: The viewport size is too small for the theme to render properly.

Catégorie : Choisir l’implantation du rucher

Choisir le bon emplacement pour son rucher

Parmi toutes les options dont dispose un apiculteur pour assurer la prospérité de ses colonies, le choix d’implantation du rucher est la première décision fondamentale qu’il doit prendre.

L’apiculture, c’est aussi un travail de préparation du rucher

Bien sûr la pratique d’une apiculture de transhumance permet de profiter de différents emplacements et de s’adapter aux ressources offertes sur différentes zones de butinage, et ce à différents moments.

Elle est souvent l’apanage des apiculteurs professionnels qui disposent du matériel de transport et de manutention adéquat et qui ont su au fil du temps négocier leurs emplacements.

Elle demande beaucoup de travail et de déplacements, parfois sur plusieurs centaines de kilomètres et sollicite de façon plus intense les colonies en les mobilisant sur plusieurs miellées successives. Elle permet toutefois de produire différents types de miels et d’optimiser les quantités récoltées.

Rappelons en premier lieu que toute implantation de rucher est soumise à une réglementation précise qu’il convient de respecter (voir rubrique législation du site).

Penser à implanter un panneau d’avertissement à proximité des ruches et orienté vers les zones passantes.

En Aveyron, l’implantation des ruchers est soumis à un Arrêté Préfectoral de 2017 que vous pouvez trouver en cliquant ici.

Il convient également de déclarer annuellement ses ruches ainsi que leur emplacement. Vous pouvez accéder à cette information en cliquant ici.

L’emplacement parfait est rare. Si l’on a pas la chance de posséder soi-même du foncier, il faut aller à la rencontre des propriétaires de terrains pour rechercher et obtenir des emplacements. Parfois, quelques pots de miel suffisent. Certains sont aussi intéressés par le service de pollinisation que procurent les abeilles à miel.

Si l’on veut schématiser, l’emplacement idéal doit tenir compte des avantages et des inconvénients qu’il procure tant pour les colonies d’abeilles que pour l’apiculteur.

POUR L’APICULTEUR

Pour l’apiculteur, il est évident que l’accessibilité est un paramètre important tant les manipulations peuvent devenir rapidement fastidieuses s’il est impossible d’approcher un véhicule.

L’accès en véhicule au rucher est souvent indispensable

Il faut prévoir assez grand, au minimum 5m2 par ruche. Prévoir un petit peu de place complémentaire car il faut parfois rajouter une ruche au pied levé (division, essaimage etc.). Idéalement le terrain doit être à peu prés plat et attention aux souches, aux ronces ou aux pierres qui dépassent: il n’y a rien de plus désagréable que de trébucher avec une ruche dans les bras… Retenir également que pour un amateur, un rucher avec un nombre modeste de ruches est toujours plus agréable à travailler qu’un grand rucher.

La distance depuis son domicile est aussi un élément à prendre en compte: En pleine saison, il n’est pas rare de devoir se rendre plusieurs fois par semaine sur son rucher. Pour un apiculteur amateur, il est souvent appréciable d’aller rendre visite à ses colonies après sa journée de travail.

Les contraintes de préparation et d’entretien de l’emplacement sont également un facteur à intégrer. Dans une zone herbeuse ou embroussaillée, une année humide et chaude sera synonyme de nombreux séances de débroussaillage. Certains utilisent des bâches ou des tapis sous les supports de ruches pour éviter que l’herbe ne vienne trop gêner l’accès aux planches d’envol. D’autres préfèrent désormais laisser pousser un peu de végétation devant la ruche car si elle gêne un peu les abeilles, elle pourrait aussi limiter l’efficacité de la prédation du frelon asiatique…

Les vols de ruches se faisant malheureusement de plus en plus fréquents, il est de bon ton de trouver si possible des emplacements discrets voire invisibles depuis les axes routiers. Les plus technologiques d’entre nous posent parfois des balises GPS ou des caméras de chasse mais le budget « rucher » s’en ressent assez vite.

L’utilisation d’un enfumoir implique une attention toute particulière par rapport au risque d’incendie: attention aux zones embroussaillées ou boisées, notamment en période de sécheresse. Prévoir systématiquement un récipient d’eau permettant d’éteindre les résidus d’enfumoir.

POUR LES ABEILLES

Plusieurs types de paramètres entrent en compte:

  1. Les ressources: une diversité nécessaire et une concurrence à intégrer

Pour vivre et se développer, les abeilles ont besoin:

De sucres : trouvés dans le nectar ils sont l’essentiel de la composition du miel et à l’apport énergétique des abeilles; il faut donc une source florale conséquente d’autant plus si l’on veut récolter un miel mono-floral.

Une complémentation est possible par des sirops de nourrissement (printemps, été) ou des candis (hiver) lors de carences ou de stimulation (ruche faible, création ou récupération d’essaim, fixation de colonie dans une ruche…) ; il ne faut pas fournir de sucre à une ruche en phase de stockage de miel (pour ne pas avoir de l’eau sucrée dans le miel récolté). Il n’est pas conseillé d’apporter du miel ne provenant pas d’une colonie sûre au niveau sanitaire pour ne pas transmettre de maladies (comme la loque américaine par exemple)

De protéines : trouvées dans le pollen des fleurs elles serviront à la croissance des larves, au maintien physique des adultes et à la ponte de la reine. La source est la même que pour les sucres. Notez que certaines fleurs (lavande par exemple) sont beaucoup moins riches en pollen que d’autres et ne permettent pas à la colonie de se renouveler correctement. Retenez qu’en matière de pollen, la diversité est fondamentale pour apporter l’ensemble des acides aminés essentiels que les abeilles ne peuvent pas synthétiser. Attention donc à ce que les sources en pollen soient variées surtout sur les zones de monocultures.

Une complémentation est possible avec des levures de bières, du pollen récolté avec une trappe à pollen et congelé pour stimuler la ponte sur une ruche démarrant mal, sur un essaim… Ces protéines seront apportées sous forme de « pain » malaxées avec un peu de candi et déposé sur le haut des cadres. Il existe également des pâtes protéinées mais qui peuvent être de qualité inégale en fonction du fabriquant.

D’eau : Pour élever, pour s’abreuver et réguler la température de la ruche en été. Une source proche économisera le travail des porteuses d’eau. Veillez à disposer des éléments physiques permettant aux abeilles de ne pas se noyer. Les abeilles apprécient la présence d’un peu de sel dans l’eau.

Abreuvoir improvisé: les bouchons évitent aux abeilles de se noyer

D’oligoéléments et de vitamines : apportés par le pollen et le nectar leur équilibre et leur complémentarité seront assurés par la diversité des plantes butinées. Attention toutefois, les abeilles ont aussi tendance à récupérer ces éléments minéraux dans les eaux de suintement ou stagnantes à même le sol: dans les zones d’élevage, cette ressource peut être contaminée par les produits anti-parasitaires administrés au bétail.

Retenez également que la ressource disponible est à rapprocher du nombre de ruches installées sur la zone, notamment en période de sècheresse ou sur des territoires séchant comme sur le Causse. Plus il y a d’abeilles, plus il y a de concurrence, y compris avec l’entomofaune. Il vaut mieux privilégier une distance minimale de 3 km entre les ruchers. C’est aussi une bon réflexe sanitaire.

La présence de cultures traitées est également à intégrer (céréales, cultures industrielles, vergers etc.): elles peuvent présenter un risque d’intoxication pour les abeilles en cas de traitement.

Une application intéressante à utiliser et en libre accès: BeeGIS de l’ITSAP

L’ISTAP – institut de l’abeille- développe une application qui permet de visualiser les différents types de cultures ou de couverts végétaux sur une aire de butinage donnée. Cette répartition peut être également donnée en pourcentage en tableau ou même sous forme de graphique.

C’est un outil d’aide à la décision qui peut être intéressant et qui permet de mieux comprendre le niveau de diversité de ressources offertes aux abeilles sur un périmètre donné. Il suffit de géo-localiser son emplacement sur la carte, de délimiter une aire de butinage (maxi 3 km) et de choisir un niveau de couche végétale à charger. Cette application bénéficie d’améliorations fréquentes.

Sélection de l’aire de butinage sur l’application

Type de ressources identifiables sur l’application

Pour accéder à la fiche ITSAP et accéder à l’application, cliquer ici (l’application fait l’objet d’une amélioration continue; pour cette raison elle est parfois indisponible)

2. L’implantation physique et le climat local: deux paramètres importants

D’une manière générale, il faut privilégier la tranquillité et la sécurité des abeilles et symétriquement celles des humains ou des animaux vivant à proximité. Au delà des obligations règlementaires, il est souvent bénéfique de réfléchir à plusieurs points fondamentaux.

L’exposition:

Une orientation Sud/Sud Est est à privilégier. Pour éviter les phénomènes de dérive, on peut placer les ruches en arc de cercle (dos au cercle) ou orienter légèrement différemment l’entrée de deux ruches voisines. Ne pas hésiter également à peindre ses ruches de couleurs différentes. Favoriser une légère pente vers l’avant pour favoriser l’évacuation de l’humidité de la ruche.

Il est important, notamment aux intersaisons, que le soleil puisse réchauffer les colonies et favoriser le développement du couvain. Attention donc aux zones trop ombragées qui peuvent également favoriser l’humidité qui est délétère aux abeilles.

Pour autant, en pleine canicule, un peu d’ombre est bénéfique et permet aux abeilles de maintenir à l’intérieur de la ruche une température supportable. Pour cette raison, la lisière d’un bois peut constituer un bon emplacement.

Une lisière de bois exposée Sud/Sud-Est peut constituer un très bon emplacement

Les conditions climatiques:

Il faut éviter les zones venteuses, par exemple au sommet d’un promontoire. Il convient donc de rechercher plutôt un emplacement à l’abri des vents dominants. Les zones où le brouillard est souvent présent favorise un environnement humide qui n’est pas bon pour les colonies d’abeilles. Ne pas hésiter à utiliser des planchers aérés pour favoriser la ventilation des ruches.

Même si une colonie forte, correctement partitionnée et avec des réserves suffisantes résiste bien au froid, en altitude, on peut repérer les emplacements intéressants en observant où la neige fond en premier.

Certains apiculteurs, notamment professionnels, font le choix d’hiverner leur ruches en les déplaçant vers des zones où les hivers ont très doux comme par exemple à quelques encablures de la Méditerranée. Outre le fait que cela limite la consommation des réserves durant l’hiver, cela permet également de préparer des colonies très fortes pour les premières miellées ou de favoriser des divisions précoces. Attention toutefois, de retour en altitude ces colonies très fortes ont tendance à essaimer très vite si elles ne sont pas maîtrisées. Par ailleurs la quasi-absence de rupture de ponte peut gêner l’efficacité de la lutte contre le varroa. On commence donc à voir dans le Sud Est de la France des apiculteurs qui font le choix inverse en hivernant les colonies en altitude pour provoquer la rupture de ponte…

Enfin, il est parfois possible de favoriser « un micro-climat » en entourant ses ruches de palissades ou même en les installant sous un abri.

La tranquillité des abeilles:

Comme déjà évoqué, il faut éviter les zones passantes. Cela vaut également pour les animaux notamment d’élevage qui peuvent facilement renverser les ruches en venant se gratter ou en venant brouter le brin d’herbe sous la ruche…Il est donc souvent nécessaire de prévoir une clôture pour les zones fréquentées par les troupeaux pour éviter toute catastrophe.

Ruches renversées par des vaches en plein mois de novembre…
Ne pas hésiter à clôturer l’emplacement

L’hiver, penser qu’une ruche en polystyrène est une cible facile pour certains prédateurs comme les pics-verts par exemple.

Il faut également élaguer les branches qui peuvent cogner contre les caisses avec le vent et stresser ainsi les abeilles.

Les zones inondables sont à proscrire.

La prise en compte de la présence du frelon asiatique est aussi un paramètre important. Les zones de plaine, à proximité des cours d’eau sont propices au développement du frelon qu’on peut retrouver également à proximité des agglomérations…