Unsupported Screen Size: The viewport size is too small for the theme to render properly.

LE COUVAIN SACCIFORME

LE COUVAIN SACCIFORME

Qu’est ce que le couvain sacciforme ?

Maladie contagieuse des abeilles due à un virus appelé SBV (en anglais : sacbrood bee virus). Elle touche essentiellement le couvain operculé entraînant des mortalités de nymphes pouvant affaiblir la colonie.

Caractérisée par l’aspect typique en forme de sac rempli de liquide à sa base que prennent les larves mortes. Les adultes ne sont pas malades mais portent et transmettent le virus.

 

Où trouve-t-on cette maladie ?

Dans le monde entier.

 

Quelle réglementation s’applique ?

Pas de statut réglementaire en France.

 

Comment se transmet elle ?

Les pré-nymphes mortes contiennent des millions de particules virales, les abeilles nettoyeuses se contaminent en les extrayant des alvéoles pour les transmettre aux autres larves. Les abeilles adultes sont aussi un réservoir du virus.

Le Varroa le transmet par injection lors de la fixation aux nymphes et aux adultes.

Lors de dérive ou de pillage, le virus passe d’une colonie à l’autre.

 

Quelles sont les conditions qui favorisent son apparition ?

Tous les facteurs fragilisant les larves :

  • déséquilibre couvain/abeille en saison (printemps avec beaucoup de couvain et peu d’abeilles pour nettoyer) ou à cause d’une autre cause de mortalité importante des ouvrières.
  • Intoxications
  • Forte infestation par des Varroa qui injectent le virus (baisse de qualité de la gelée nourricière en plus).
  • Présence d’autres maladies du couvain : souvent complication de Loque Européenne.
  • Mauvaises ressources en pollen (quantité et qualité).
  • Mauvaises pratiques apicoles : non renouvellement des cadres, absence de visite sanitaire, absence de désinfection, création d’essaims comportant trop peu d’abeilles adultes.

 

Comment la reconnaître ?

Dans la colonie : couvain en mosaïque, affaiblissement plus ou moins marqué.

Dans l’alvéole :

  • opercules affaissés, percés.
  • Pré-nymphe jaune à brun pâle dont la tête est orientée vers l’ouverture et dont le corps forme une outre remplie de liquide facilement extractible.
  • Écailles brunes foncées en forme de barque aplatie (extrémités relevées) non adhérentes.

 

Comment confirmer une suspicion ?

Par prélèvement de 10×10 cm de couvain avec au moins 15 pré-nymphes malades envoyé à un laboratoire agréé. Les frais sont à la charge de l’apiculteur.

 

Avec quoi peut-on la confondre ?

La Loque Américaine : aussi dans la couvain fermé avec des opercules affaissés et percés. Par contre les larves et écailles sont adhérentes et le test de « l’allumette » est positif (voir fiche). Voir fiche FM1

La Loque Européenne : essentiellement dans le couvain ouvert (mortalités précoces) avec des larves s’affaissant en masse semi liquide au fond de l’alvéole, la tête de la larve n’est pas visible (voir fiche). Voir fiche FM2

L’ascosphérose (couvain plâtré) : maladie du couvain fermé ; les larves atteintes se transforment en une masse compacte (dure) recouverte d’un duvet blanc à gris foncé.

Ces maladies peuvent se trouver au même moment que le couvain sacciforme dans la même colonie.

 

Méthodes de lutte et de contrôle :

Prophylaxie : par application des bonnes pratiques apicoles.

  • traiter contre Varroa destructor avec des spécialités disposant d’une AMM au moment opportun.
  • Éviter les carences.
  • Prévenir l’apparition d’autres maladies du couvain.
  • Privilégier des souches résistantes au virus.
  • Désinfecter le matériel.
  • Limiter dérive et pillage.

Traitement :

Lors d’atteinte faible : éliminer les cadres touchés et/ou transvaser sur cire gaufrée dans un nouveau corps de ruche. Changer la reine pour une autre plus résistante au virus.

Si le couvain est touché à plus de 20%, que la colonie est faible ou que l’hivernage est proche la colonie sera détruite.

Faire dans tous les cas une visite approfondie de toutes les colonies du rucher (en commençant par les plus fortes). Le couvain sacciforme peut être un indice de la présence d’une autre maladie du couvain.

 

Pour poursuivre :

La Santé de l’Abeille n° 254, pages 149 à 160.

Résumé :

  • maladie du couvain en général bénigne caractérisée par la présence de pré-nymphes en forme de sac rempli d’un liquide chargé en particules virales.
  • Les adultes sont porteurs sains et transmettent le virus.
  • Pas de traitement médicamenteux, possibilité de transvasement, une colonie trop affectée sera détruite.
  • En cas de doute, contactez votre vétérinaire ou TSA de secteur.

Un commentaire?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *